Euchronie : le bilan du premier mois (octobre 2017) | L’atelier d’Euchronie

CC Pixabay Sandra_schoen

Est-ce que ça va marcher ? Est-ce que ça a marché ? Le design du site va-t-il plaire à nos internautes ? A-t-il plu ?  Voici quelques unes des interrogations qui nous assaillaient à la veille de la mise en ligne d‘Euchronie. C’est afin d’y répondre que nous étrennons une nouvelle série de billets destinée à rendre compte de l’évolution de la plateforme et du média. 

Au terme de ce premier mois, nous nous réjouissons de la réception d’Euchronie auprès du public : les statistiques de fréquentation et les altmétrics sont bons, voire très bons. En voici le résumé pour le mois d’octobre 2017 :

  • nombre de visiteur unique : 12385
  • nombre de page vues : 41270
  • Nombre d’abonnés supplémentaire sur Facebook : +107
  • Nombre d’abonnés supplémentaire sur Twitter : +99

Durant cette période, l’équipe d’Euchronie a moissonné 118 sources (+5 sources depuis la mise en ligne) qui ont donné lieu à 88 nouveaux articles sur le site d’Euchronie. Dans le même temps, de nouvelles ressources nous ont été soumises par le biais du formulaire de contact et certaines sont déjà moissonnées (c’est par exemple le cas de Ligneris. Une famille. L’histoire. La vie) et trois personnes nous ont contacté pour rejoindre l’équipe des moissonneurs. C’est aussi par le biais de ce formulaire que les retours des usagers nous sont parvenus : nous avons fait le choix de ne pas ouvrir les commentaires sur la plateforme afin d’inciter les internautes à commenter la source plutôt que la recension.

Cette bonne réception d’Euchronie s’explique par plusieurs paramètres : une bonne animation des réseaux sociaux et ce, bien avant la mise en ligne du site ; mais aussi grâce à un article sur le site de L’Histoire présentant le projet. Ces paramètres valident notre choix éditorial : nous avions fait le choix de mettre l’usager au coeur du projet par le biais d’un site dont l’ergonomie parle au plus grand nombre. Par ailleurs, nous avions aussi décidé de nous calquer sur les usages du public en terme d’utilisation des réseaux sociaux : dès que nous le pouvons, nous sollicitons les producteurs de contenus afin qu’ils puissent rediriger leurs lecteurs vers Euchronie.

Pour autant, plusieurs points méritent d’être améliorés. Le premier d’entre eux concerne l’aspect collaboratif du projet. Celui-ci a mis un peu plus de 2 ans avant de voir le jour et comme dans tout projet basé sur le bénévolat, les attentes et les engagements de ses membres ont évolué. Des membres nous ont quitté au cours de ce mois, accaparés par d’autres tâches, tandis que d’autres peinent à superposer la veille d’Euchronie à leur propre veille scientifique. Ce qui signifie que nous devons trouver collectivement une meilleure méthode pour veiller l’intégralité du corpus. Cela passera vraisemblablement par une redistribution du corpus auprès des membres les plus actifs.

Par ailleurs, la page d’accueil d’Euchronie s’affirme de plus en plus comme un média soumis à une animation éditoriale : il va nous falloir collectivement trouver le moyen de mieux sélectionner les ressources figurant sur cette page d’accueil, voire de réfléchir à la meilleure manière de pavoiser cette page lors de dates anniversaires. Le 11 novembre prochain devrait nous en fournir l’opportunité. Ce sera aussi l’occasion de revenir sur une fonctionnalité du projet que nous n’avons pas encore réussi à générer, à savoir la présentation régulière de ressources que nous souhaitons valoriser. Enfin, il nous faudra aussi rapidement réfléchir sur la faisabilité technique de moissonner les ressources nativement éditées par les réseaux sociaux : par exemple, comment indexer le contenu d’1 jour – 1 poilu ? Voilà autant de questionnements passionnants qui vont guider ce deuxième mois qui s’annonce ! Si vous avez de votre côté des questions, des suggestions, n’hésitez pas à nous les soumettre dans les commentaires !

[...]

Consulter la suite de : Euchronie : le bilan du premier mois (octobre 2017) | L'atelier d'Euchronie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *