Le médecin médiéval face à l’avortement|Actuel Moyen Âge

Voici ce qui procure l’avortement : l’hellébore noir, la pulpe de coloquinte, le concombre sauvage, le fiel de taureau, la poix liquide, la myrrhe, l’ase fétide, la férule gommeuse. Que quiconque se garde cependant, sous peine de châtiment éternel, d’enseigner un breuvage mortel ou un remède abortif !

Professeur à l’université de médecine de Montpellier dans les années 1280, Bernard de Gordon semble très clair vis-à-vis de l’avortement. Et sa position n’est pas sans faire écho à celle de certains médecins, qui encore aujourd’hui, refusent toute forme d’interruption de grossesse en s’appuyant sur la clause de conscience. Mais à bien y regarder, ces quelques lignes sont paradoxales. Fournir une liste de substances abortives, puis condamner fermement ceux qui voudraient s’en servir, a en effet de quoi surprendre !

[...]

Consulter la suite de : Le médecin médiéval face à l’avortement|Actuel Moyen Âge