Le roman vrai de Frédéric Soulié. I. En Ariège. Conclusion | Christine Belcikowski

« Comment ! s’écria madame Bizot… vous avez regardé par le trou de la serrure ! et qu’avez-vous vu ? – J’ai vu l’adresse du chapelier de monsieur Drisson, car il avait pendu son chapeau à la clef de la porte. » Ce drôle d’échange auquel se livrent dans Le Magnétiseur madame et monsieur Bizot servira ici d’apologue à la partie ariégeoise […]

Lire la suite »

Frédéric Soulié et ses serpents | Christine Belcikowski

Il y a un joueur de serpent qui passe et repasse dans les romans de Frédéric Soulié alentour de 1840, sans qu’on sache exactement à quoi tient la récurrence d’un tel personnage dans l’imaginaire puissamment autobiographique propre à l’écrivain ariégeois. Certes il y a bien eu à Mirepoix, dans les années 1790, un serpent qui s’appelait Pierre Cavaniol, ou Cavagnol. […]

Lire la suite »

De l’inquiétante étrangeté de l’imago maternelle dans l’œuvre de Frédéric Soulié | Christine Belcikowski

Publié d’abord en feuilleton dans Les Débats (1844), recueilli dans la série Les Drames inconnus, le roman intitulé La Maison n° 3 de la rue de Provence illustre de façon saisissante le lien que la fiction entretient avec l’autobiographie dans l’œuvre de Frédéric Soulié. On sait par les amis de Frédéric Soulié qu’il tenait l’autobiographie pour un genre inintéressant. « Il […]

Lire la suite »

Frédéric Soulié. Le Magnétiseur. De l’alliance de la bonté sans fond et de la volonté sans bornes | Christine Belcikowski

Jean d’Aspert, double romanesque du Maréchal Clauzel dans Le Magnétiseur de Frédéric Soulié, fait montre en 1815 du plus grand scepticisme quant aux vertus de la médecine magnétique. Il reproche à Rhodon de Prémitz et au docteur Lussay leurs pratiques inquiétantes ou douteuses. Il réprouve ainsi les sommeils « curatifs » auxquels le docteur Lussay force madame de Lussay, son épouse. Le […]

Lire la suite »

Bandeaux rigolos | Manuscrits en Méditerranée

.entry-heaOn connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art. De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples […]

Lire la suite »

Frédéric Soulié. Le Magnétiseur. Aux sources d’un roman familial | Christine Belcikowski

Le magnétiseur est un personnage récurrent dans l’œuvre du second romantisme, et plus particulièrement dans la littérature fantastique du XIXe siècle. Il constitue un avatar inquiétant de Franz Anton Mesmer (1734 1815), célèbre médecin viennois qui a exercé en France entre 1778 et 1785, connu un immense succès avec la cure dite « du baquet », fondé en 1784 la Société de […]

Lire la suite »

En 1831. Troisième retour de Frédéric Soulié en Ariège. « Je t’avais bien promis que tu me verrais ! » | Christine Belcikowski

Après l’étape de Mirepoix, Frédéric Soulié et la jeune Pauline repartent à cheval en direction de Lavelanet. Ils sont accompagnés cette fois d’un personnage grotesque, M. Remy Dallois, à qui, exerçant ici l’œil du caricaturiste, l’écrivain impute un air de déjà vu sur les boulevards parisiens. Il s’agit d’un  » petit monsieur à gants jaunes, en bottes vernies, le lorgnon […]

Lire la suite »

En 1831. Troisième retour de Frédéric Soulié en Ariège. « Déjà nous apercevions à l’horizon le haut clocher de Mirepoix » | Christine Belcikowski

Dans la voiture qui le conduisait de Toulouse à Pamiers, Frédéric Soulié a fait la connaissance de Lucien de Mauvrelier, un jeune homme au teint blême, qui tousse beaucoup. Celui-ci a fui la maison familiale pour rejoindre à Lavelanet une jeune fille nommée Pauline, qu’il aime et que ses parents lui interdisent d’épouser parce qu’elle n’est pas « née ». Les deux […]

Lire la suite »

En 1831. Troisième retour de Frédéric Soulié en Ariège. « Je fus appelé par quelques affaires de famille dans le Midi de la France » | Christine Belcikowski

En septembre 1831, Frédéric Soulié retourne en Ariège pour la troisième et dernière fois. Frédéric Soulié évoque longuement ce séjour ariégeois de 1831 dans Deux séjours. Province, Paris. Il y révèle, sous le couvert d’un ton léger, nombre de secrets de son cœur. Après avoir voyagé en dormeuse de Paris à Toulouse – « nous avions parcouru en soixante-six heures, du […]

Lire la suite »

En 1820. Deuxième retour de Frédéric Soulié en Ariège. Le futur écrivain joue au boston avec quelques notables | Christine Belcikowski

Le jeune homme qui fait fonction de narrateur dans La Chambrière brosse quatre portraits charge représentatifs des notables en question. Il s’agit des portraits de M. Dival, négociant, de Jean Guillier, meunier du canal, de M. Canotte, marguillier de la paroisse et chef de la fabrique, et de M. d’Ennevers, comte ou marquis, relique de l’ancienne aristocratie. Du marquis d’Ennevers, […]

Lire la suite »
1 2 3 4 11