Les asticots de Montfaucon | Histoires de Paris

Les asticots de Montfaucon étaient produits en grande quantité aux côtés de l’équarrissage pour être revendus aux pécheurs La production des asticots faisait partie des activités de l’industrie de Montfaucon, non loin de l’équarrissage et de la voirie. L’ingénieur rouennais Perrot revient sur cet élevage dans ses impressions de voyage en 1840. Mode d’emploi pour produire des asticots en quantité […]

Lire la suite »

Les brigands de Montfaucon | Histoires de Paris

Les brigands de Montfaucon, niveau de déchéance le plus avancé pour la pauvreté parisienne, au début du XIXe siècle Dans son traité de 1841 sur la nécessité de fermer Montfaucon, Louis Roux revient sur l’influence morale de ce quartier alors consacré à l’équarrissage et la transformation des déchets organiques de Paris. Il revient sur les « influences morales » des lieux. Refuge […]

Lire la suite »

Les rats de Montfaucon | Histoires de Paris

Les rats de Montfaucon profitaient des industries du lieu, surtout des cadavres des chevaux de l’équarrissage Les industries de Montfaucon attiraient les rats. En effet, la décomposition des déchets organiques de la voirie d’une part et les activités d’équarrissage d’autre part fournissaient à ces animaux une nourriture en grande quantité. Ainsi, dans les sols des alentours étaient infestés de rats […]

Lire la suite »

Les lutins suisses | Histoires de monstre

Les lutins suisses, des êtres qui venaient aider aux travaux des champs et des maisons mais qui disparurent ! Dans son numéro de septembre 1891, la revue des Traditions populaires revient sur les légendes suisses. Parmi elles, les lutins avaient une place à part. Des lutins vivant sous forme d’oiseaux […]Consulter la suite de : Les lutins suisses | Histoires […]

Lire la suite »

Savoir signer, savoir écrire | Publier une correspondance

Quel sens donner à l’acte de signer au XIXe siècle ? Ce billet aborde la façon dont la signature a été utilisée par les historiens comme indice de l’alphabétisation, comme moyen de comprendre la diffusion de l’écriture en France. Pour identifier quelques personnes citées dans une lettre, je parcourais les registres de l’état-civil mis en ligne par les archives du […]

Lire la suite »

Frédéric Soulié. Le Magnétiseur. Aux sources d’un roman familial | Christine Belcikowski

Le magnétiseur est un personnage récurrent dans l’œuvre du second romantisme, et plus particulièrement dans la littérature fantastique du XIXe siècle. Il constitue un avatar inquiétant de Franz Anton Mesmer (1734 1815), célèbre médecin viennois qui a exercé en France entre 1778 et 1785, connu un immense succès avec la cure dite « du baquet », fondé en 1784 la Société de […]

Lire la suite »

En 1831. Troisième retour de Frédéric Soulié en Ariège. « Je t’avais bien promis que tu me verrais ! » | Christine Belcikowski

Après l’étape de Mirepoix, Frédéric Soulié et la jeune Pauline repartent à cheval en direction de Lavelanet. Ils sont accompagnés cette fois d’un personnage grotesque, M. Remy Dallois, à qui, exerçant ici l’œil du caricaturiste, l’écrivain impute un air de déjà vu sur les boulevards parisiens. Il s’agit d’un  » petit monsieur à gants jaunes, en bottes vernies, le lorgnon […]

Lire la suite »

En 1831. Troisième retour de Frédéric Soulié en Ariège. « Déjà nous apercevions à l’horizon le haut clocher de Mirepoix » | Christine Belcikowski

Dans la voiture qui le conduisait de Toulouse à Pamiers, Frédéric Soulié a fait la connaissance de Lucien de Mauvrelier, un jeune homme au teint blême, qui tousse beaucoup. Celui-ci a fui la maison familiale pour rejoindre à Lavelanet une jeune fille nommée Pauline, qu’il aime et que ses parents lui interdisent d’épouser parce qu’elle n’est pas « née ». Les deux […]

Lire la suite »

En 1831. Troisième retour de Frédéric Soulié en Ariège. « Je fus appelé par quelques affaires de famille dans le Midi de la France » | Christine Belcikowski

En septembre 1831, Frédéric Soulié retourne en Ariège pour la troisième et dernière fois. Frédéric Soulié évoque longuement ce séjour ariégeois de 1831 dans Deux séjours. Province, Paris. Il y révèle, sous le couvert d’un ton léger, nombre de secrets de son cœur. Après avoir voyagé en dormeuse de Paris à Toulouse – « nous avions parcouru en soixante-six heures, du […]

Lire la suite »

Marcel Astruc, Chronique des temps futurs (1926) | ArchéoSF

Dans La Vie parisienne du 26 juin 1926, journal humoristique, Marcel Astruc (1886-1979) publie une lettre du futur consacrée aux Parisiens et à l’automobile (A lire: l’anthologie Paris Futurs). Amusante satire, ce texte invente des rites de l’avenir à partir de légendes forgées au début du XXe siècle et de l’étrange animal nommé « oto ». Les illustrations sont signées Zyg Brunner. […]

Lire la suite »
1 2 3 4 5 63