La maison nº 36 de la rue de Pénitents blancs au XVIIe et au XVIIIe siècle | Christine Belcikowski

Située à Mirepoix au nº 36 de la rue des Pénitents blancs, contiguë à l’ancienne chapelle des Pénitents blancs, cette maison n’a aucun caractère historique connu. Mais, quoique largement transformée au fil du temps, elle date du XVIIe siècle au moins, et l’on m’a demandé s’il était possible d’en éclairer l’histoire. Je m’y suis essayée, et voici le résultat de quelques […]

Lire la suite »

Floraison de signatures à motif passementé dans les années 1710 à 1730 | Christine Belcikowski

On remarque sur l’acte de baptême reproduit ci-dessus que la signature de François Rivel se trouve assortie d’un curieux passement en forme de noeud brandebourg. François Rivel, parrain de Jeanne Marie Gouse, est dit ici « compagnon tanneur ». Pourrait-il s’agir là, en première hypothèse, d’un signe d’appartenance au compagnonnage ? Le registre paroissial de la cathédrale Saint Maurice abonde dans les […]

Lire la suite »

1801-1802. Quand les familles Cairol Caramaing, Calvet et Cairol de Madaillan interviennent dans la succession de Jean François Vidalat. Portrait de groupe | Christine Belcikowski

À Paris, le 18 fructidor an IX (jeudi 5 septembre 1801, le corps de Jean François Vidalat, natif de Mirepoix, Ariège, est retrouvé boulevard des Capucines. Demeurant au nº 27 du boulevard Montmartre, absent de son domicile depuis le 9 fructidor (27 août), l’homme s’est suicidé la veille d’un coup de feu . Pour plus de détails sur ce drame, voir […]

Lire la suite »

Vive le sport avec le Miroir ! | En Envor

Le Miroir des sports est certainement l’un des magazines sportifs les plus populaires des années 1930. Grâce à ses reportages richement illustrés, il constitue une précieuse mine d’informations pour celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire du sport, du point de vue des performances bien entendu mais aussi en tant que phénomène social, culturel, économique et politique. En dépit d’une […]

Lire la suite »

Joseph Thibaud Villedieu Rouvairollis rentre de Russie | Christine Belcikowski

Parmi les nombreux personnages évoqués dans l’article intitulé A Caudeval et à Limoux. Essai de généalogie de la famille Rouvairollis. Après 1789, que sont-ils devenus ?, j’ai choisi de m’intéresser ici au sort de l’un des frères de frère de Noble Clément de Rouvairollis de Rigaud, Joseph Thibaud Rouvairollis, ancien garde du corps du roi, dit Villedieu depuis son mariage […]

Lire la suite »

A Mirepoix, la famille Dufrène et l’ancien portail du couvent des Cordeliers | Christine Belcikowski

« Vous direz de ma part à Dufrène de s’occuper de la rentrée de mes fonds et de la vente des fers qui lui restent en magasin, mais de ne les placer que sur des parties qu’il connaîtra très solvables. Il a tout le temps de s’en occuper puisque les forges ne travaillant pas lui laissent beaucoup de loisir. » Posté à […]

Lire la suite »

Suites tragi-comiques d’un soufflet donné sur la place de Mirepoix le 17 juin 1728… | Christine Belcikowski

Les suites du soufflet administré par Joseph Rouvairollis à Jean Ardenne, aux yeux de tous, le le 17 juin 1728 sur la place de Mirepoix, se trouvent consignées dans les diverses pièces de la procédure qui résulte des plaintes initialement déposées par chacun des protagonistes du drame, drame auquel Jean Rouvairollis, frère aîné de Joseph Rouvairollis se trouve également mêlé. […]

Lire la suite »

Bandeaux rigolos | Manuscrits en Méditerranée

.entry-heaOn connaît bien les magnifiques pylai (ou « portes »), principal ornement des manuscrits grecs, dont regorgent les manuels d’histoire de l’art. De fait, le livre byzantin se signale d’une manière générale par sa grande sobriété décorative, qui surprend toujours l’œil habitué aux exubérances des enluminures occidentales. Pour les manuscrits grecs de facture peu luxueuse, l’ornementation se réduit souvent à de simples […]

Lire la suite »

Les enfances ariégeoises de Frédéric Soulié | Christine Belcikowski

Dans les derniers jours de l’année 1800, à Mirepoix, le retour de Jeanne Marie Baillé avec ses deux enfants, Antoinette, un an, et Melchior Frédéric, quelques jours à peine, coïncide avec un deuil terrible. Marie Anne Adélaïde de Olin, épouse de Vincent Maurice Baillé, l’un des frères de Jeanne Marie Baillé, meurt le 15 janvier 1801, laissant derrière elle trois […]

Lire la suite »

Le mariage de François Melchior Soulié et de Jeanne Marie Baillé. Une autre version du même drame | Christine Belcikowski

« Ma naissance rendit ma mère infirme. Elle quitta ma ville natale quelques jours après ma naissance, et, bien que je sois retourné souvent dans mon département, et à quelques lieues de Foix, je n’ai jamais revu cette ville. Je demeurai avec ma mère dans la ville de Mirepoix jusqu’à l’âge de quatre ans. Mon père était employé dans les finances […]

Lire la suite »
1 2 3 4 12