11 janvier 1918 | La 1ère Guerre vue de Paris

Je ne t’avais pas noté hier les bruits qui circulaient de l’arrestation de Caillaux. Comme cela arrive en moyenne une fois par semaine, je n’y avais pas prêté grande attention. Cependant, cette fois ils ont peut-être un fondement plus sérieux car la censure s’en est préoccupée et nous a téléphoné ce matin de ne pas parler de l’ouverture du coffre-fort […]

Lire la suite »

28 décembre 1917 | La 1ère Guerre vue de Paris

Mon cher Pierre, Tu as lu la réponse des Empires centraux. Elle est très grave. Les Allemands font là un pas sérieux en avant. C’est du moins l’impression que j’en ai retiré quand j’ai pu la relire le soir un peu tranquillement. Sont-ils sincères ? Évidemment c’est douteux, mais ils veulent en tout cas mettre les Alliés dans la position […]

Lire la suite »

22 décembre 1917 | La 1ère Guerre vue de Paris

On vient de sonner l’alerte, tout est éteint, mais Pervenche n’a pas voulu descendre à la cave, elle craint d’y prendre froid. Je t’écris donc du coin du feu habituel. J’espère que mon papier ne sera pas interrompu par quelque bombe de Gotha en balade. Pauvre maison, elle n’est ni haute ni solide, le moindre projectile gros comme une noix […]

Lire la suite »

23 décembre 1917 | La 1ère Guerre vue de Paris

Autour de l’affaire d’hier, quelques mots de Clemenceau chez qui le vieil homme reparaît toujours. Plusieurs députés le questionnaient sur la juridiction à laquelle serait déféré Caillaux : « Oh ! vous savez, dit-il avec ce ton bref qu’on lui connaît, c’est encore le Conseil de guerre que je préfère, mais si c’est la Haute Cour que l’on décide, dites-vous bien qu’il est plus facile […]

Lire la suite »

20 décembre 1917 | La 1ère Guerre vue de Paris

Tu te souviens des entretiens que nous avons eus il y a quelques jours avec Clemenceau. Ce dernier a répété hier à la commission des Affaires extérieures tout ce qu’il nous avait dit en en aggravant peut-être encore les termes. Du moins, c’est ce que j’ai cru comprendre au récit qu’on m’en faisait ce matin. Il a mis un peu d’aigreur […]

Lire la suite »

21 décembre 1917 | La 1ère Guerre vue de Paris

Mon cher Pierre, Je reçois à l’instant une lettre du neveu. Je te la communique, tu y verras que les choses ne s’améliorent guère et que B., c’est Barrère, continue à jouer son jeu. Je trouve ces hommes-là aussi coupables que Caillaux, et cependant ils récoltent honneur et profit. Si Caillaux trahit son pays en voulant faire une paix honteuse, […]

Lire la suite »